PORTRAIT DU MOIS : Stéphane REY, un entrepreneur hyperactif !

REY2

Après un diplôme d’ingénieur agricole, Stéphane REY a occupé différents postes : directeur de production, directeur de site, directeur commercial ainsi que directeur général, dans le monde de la coopération agricole d’Aquitaine. Grâce à ce parcours, il a pu œuvrer pour différentes filières : céréales pour petit déjeuner, truite fumée, ovin viande et la filière Fruits et Légumes à travers la coopérative dont il s’occupe depuis trois ans : CADRALBRET.

Fraise - PIRMALBRETLa coopérative CADRALBRET (situé à Nérac dans le Lot-et-Garonne) et sa marque commerciale PRIM’ALBRET existent Logo PRIMALBRETdepuis bientôt quarante ans. Avec 22 millions d’euros de chiffre d’affaires, obtenus par la vente de plus de 16 milles tonnes de fruits et légumes, cette structure est l’outil collectif de près d’une centaine de producteurs réunis dans des exploitations familiales du Lot-et-Garonne. De produits issus de cultures en plein champs aux produits maraichers de serres, toujours plus technologiques, la gamme proposée par CADRALBRET est très large mais s’appuie sur des produits « leaders » comme les tomates, les fraises, les concombres, les kiwis, les produits ratatouille, les melons …

CADRALBRET compte une quarantaine de salariés permanents, répartis sur les trois sites de la coopérative (Boé, Bias et Nérac) qui s’ajoutent aux effectifs salariés présents chez les producteurs adhérents. L’activité de cette structure pèse sur l’économie locale et permet de dynamiser le territoire.

Les salariés CADRALBRET

Les salariés CADRALBRET

CADRALBRET. travaille sous des référentiels qualitatifs comme : agri confiance, fraise label rouge, label AB Bio, généralisation de la lutte biologique intégrée,… La coopérative commercialise principalement auprès des plateformes de la grande distribution du grand sud et les projets de ses producteurs devraient assurer un potentiel doublement du chiffre d’affaires d’ici 2022.

« Ce doublement potentiel de notre chiffre d’affaires dans les années à venir, nous oblige à revisiter en profondeur notre métier. Ce chantier indispensable et lourd est lancé » affirme Stéphane.

Parallèlement à ses activités, PRIM’ALBRET soutient depuis plusieurs années les actions menées par Propulso et son réseau d’entreprises ressources.

Pour Stéphane REY faire partie de ce collectif est très important car il permet de « nous protéger de l’isolement, de profiter de la puissance de l’intelligence collective, de partager, d’échanger, de s’inspirer… et d’accéder à des expertises professionnelles pour construire un cadre collectif filière propice à nos développements d’Entreprise. ».

Stéphane a été également très impliqué (pendant cinq années) dans une démarche portée par Propulso : le développement d’une formation d’ingénieure par apprentissage parcours fruits & légumes.

Dans les prochaines années, la filière fruits & légumes devra affronter de grands défis poursuit Stéphane. Ce secteur d’activité, très dynamique, fait face à un potentiel de développement important et se doit de mettre en œuvre les éléments de maîtrise de sa croissance. Les modes de consommation évoluent. Les attentes des consommateurs s’individualisent. Ils contraignent les coopératives à des réponses ciblées adaptées à chacun pour autant les marchés de masse sont aussi de plus en plus exigeants et engendrent des coûts nouveaux dans ces structures.

« Nous devons donc réussir le double pari d’augmenter les volumes de nos différentes activités pour écraser nos charges, tout en restant souples, réactifs, afin de répondre précisément à l’attente de chacun de nos consommateurs… Il nous faudra certainement intégrer de nouveaux métiers, avoir de nouvelles pratiques ! Quoi qu’il en soit, le pouvoir restera aux mains de la production, dans le respect des attentes sociétales. » explique Stéphane.

Un des grands défis à venir est la structuration de la filière à l’échelle de la Nouvelle Aquitaine. Stéphane y voit une belle opportunité de construire quelque chose de nouveau en partageant les expertises, en mutualisant ce qui peut l’être et surtout en passant à l’action.

« J’ai toujours préféré « une imparfaite action à une parfaite inaction » et j’œuvre à promouvoir cette maxime dans notre famille PRIM’ALBRET » déclare Stéphane REY.